Devenir vélonomes !

Vélonome ? Oui, c’est mieux que autonome non ? 😉

Voici des informations utiles pour les cyclistes voulant bricoler leur vélo tout seuls..

Pour être vélonome, il faut savoir faire les petites ou moyennes réparations par soi même.
Pour ce faire, il est donc utile d’acquérir des connaissances et de l’outillage de base.

Pour ce qui est de l’outillage, des coffrets d’outils vélo sont facilement disponibles chez les vélocistes, les sites Internet spécialisés ou les « grande surfaces » de sports.
Essayez d’évaluer la qualité du matériau composant l’outil, on a souvent des surprises. Ne lésinez pas sur la pince coupante (si possible spéciale câble et gaine) et sachez que le WD40 et la graisse vont devenir vos amis 😉

Pour les connaissances, il y a plusieurs méthodes :

– Essayer de comprendre, tout seul sans expérience, comment fonctionne « ce satané #![) »^(]&# qui marche pas !!! »
Autant dire que si vous êtes aussi patient que moi, vous pouvez oublier de suite !

– Utiliser des livres sur la mécanique vélo ou la revue hors série « VTT PRATIQUE Entretenez votre VTT comme un PRO » qui sort une fois par an.
C’est mieux mais je préfère une approche vidéo car il me semble plus simple de comprendre en voyant le technicien faire. En plus, on peut le revoir et revoir tant qu’on n’a pas compris, ce qui est pas mal.

– La solution vidéo est très pratique, car « le formateur » ne se lasse pas d’expliquer et réexpliquer à votre rythme.
Je vous conseille les sites suivants. Cette liste pourra varier avec le temps si j’en trouve d’autres ou si vous m’en proposez d’autres.

L’excellent « ATELIER 36 RAYONS » de Christophe CABOS.
Site en français, bien organisé et des vidéos toujours très claires et détaillées.
Un régal à consulter pour les amateurs de bricolage de deux roues.

Le site de « RJ THE BIKE GUY« .
Site en anglais hélas, mais qui a l’avantage de présenter des dysfonctionnements et des astuces que l’on ne voit pas partout.
Le problème de la langue me semble mineur, car c’est les manipulations qui sont intéressantes.
Souvent, quand je cherche une solution à un problème, je le tape dans GOOGLE TRANSLATE pour avoir le terme américain et je recherche ensuite ce terme sur la page de RJ. C’est assez facile quand on a pris la gymnastique de la chose 🙂

Le site « CYCLISTE.ORG » est québécois.
Les vidéos sont donc en français mais il me semble moins faciles d’approche que celles de Atelier 36 rayons. Mais cela vaut le coup de regarder si on y trouve son bonheur.

Pour ma part, je recherche souvent plusieurs vidéos sur le sujet qui m’intéresse. Comme c’est des techniques à mettre en oeuvre, cela me permet de voir plusieurs approches. Parfois, on trouve des astuces évitant d’acheter du matériel coûteux et cela permet de trouver une nouvelle technique ou de confirmer les étapes d’une réparation.

– Il y a aussi la méthode ATELIER VELO.
Les ateliers vélos sont des endroits où vous trouverez des bénévoles, des outils et souvent des pièces détachées d’occasion pour réparer votre deux roues.
Le but de ces ateliers est de VOUS apprendre à réparer votre vélo, pas de le faire pour vous.
C’est une super approche, et sur Castres, j’en connais 3 :
Un à Aillot, de l’association « vivons ensemble »,
un à Laden, du Comite de quartier Laden Petit Train,
et un à l’Albinque, de l’association « la boite à outils ».
Je tiens également à signaler l’atelier vélo de mon ami Matthieu, sur Aussillon, de l’association « Rue de l’avenir ».
Le seul point noir de ces ateliers, à mon gout, est que les horaires ne sont pas forcément très pratiques.
Suivant son emploi du temps, il faudra aller à l’un ou l’autre, ou s’en passer.
Il est clair, que ce sont des structures associatives. On ne peut pas demander à des bénévoles de passer leur vie à l’atelier 🙂

Sachez que l’association « Pignons et compagnie », n’a pas d’atelier formellement établi, mais ses membres peuvent toujours vous aider pour des réparations de base.

– Pour des réparations plus lourdes, très particulières où liées à la sécurité comme travailler sur des freins à disque hydrauliques, pensez à rester humble et à confier votre vélo à des vélocistes compétents.
IL y en a sur Castres et en plus, ceux-ci sont souvent des fondus de vélo, et c’est très intéressant de discuter avec eux.

Une fois que vous vous sentez prêts à entretenir votre vélo, lancez-vous. Vous verrez que ce n’est pas si difficile. Il faudra juste un peu de patience sur les vieux vélos qui ont souvent des pièces grippées, mais cela se fait.

Pour acquérir les pièces de rechange, vous pouvez opter pour de l’occasion en bon état, ou du neuf.

Pour l’occasion, une recherche sur le site « LEBONCOIN » peut être utile.
Un autre site que j’ai utilisé est « BRIKO BIKE« . Ils ont pas mal de pièces en bon état, mais la livraison est parfois un peu lente.

Un intermédiaire pour rechercher des pièces d’occasion et du neuf est le vélociste.
Cela m’est arrivé d’acheter des pièces démontées de vélos neufs à bon prix. En plus, c’est directement disponible.

Pour le neuf, vous avez donc la solution vélociste ou site Internet.
Pour le vélociste, j’ai mon avis, mais je ne veux pas donner de noms, car chacun a son ressenti. Il faut de la confiance avec son vélociste pour que cela se passe bien 🙂
Pour les sites Internet, les plus connus sont PROBIKE SHOP et ALLTRIKS.
Mais je conseille aussi LE CYCLO, ROSE BIKE (allemand) et CHAIN REACTION.
ATTENTION, nous n’avons pas d’action chez ces revendeurs, mais ce sont des sites sûrs chez qui nous commandons souvent sans avoir eu de problèmes.
Il faut en consulter plusieurs ici aussi, pour avoir le meilleur prix en pensant à intégrer le port.

Je n’ai pas cité les grandes surface de sport comme DECATHLON ou INTERSPORT à castres, mais ils sont aussi bien achalandés. Mais orienté grand public et souvent avec des pièces à leur marque de qualité variable.
Il faut savoir que les grandes marques de composants sont SHIMANO et SRAM, mais que vous avez aussi par exemple XLC qui produit des composants de bonne qualité.
Les composants BTWIN (DECATHLON) ne sont pas mal, mais les outils de la marque ne sont pas forcément de bonne qualité. Le métal est parfois fragile. Par contre leur démonte pneu sont bons.

Pour du matériel de base comme des câbles de frein, des câbles de dérailleurs, ou encore des chambres à air, vous avez aussi les grandes surfaces « classiques » qui ont souvent un rayon cycles avec ce genre de matériel de qualité correcte.